Chers amis,

Nous voici au mois de mai ! Après de longues semaines de confinement, on commence un peu à « tirer la langue », à languir vraiment de retrouver les sacrements… Puisse cela avoir servi à creuser notre soif et à nous rendre compte du trésor que nous avons d’habitude, et qu’on peut tellement banaliser…

 

Durant ce mois écoulé, j’ai passé du temps à réaliser cette belle icône de la Vierge du refuge (ci-dessus), qui m’avait été commandée. Réalisée d'après un modèle byzantin traditionnel assez rare, elle présente la Vierge Marie "la Toute-Sainte, le refuge", et Saint Jean, en échos à la parole de Jésus : "Voici ton Fils, voici ta Mère" (Jn 19, 27). J'ai ajouté à l'arrière-plan la maison de Marie à Ephèse, et la grotte de Patmos où St Jean reçut la vision de l'Apocalypse. Marie laisse deviner dans son regard son immense tendresse et rayonnement sur Jean, enfanté par ce regard, qui nous invite de la main à venir découvrir ce secret en silence... Et à les rejoindre dans ce refuge du désert préparé pour les derniers temps (Ap 12, 6) !

 

Méditation providentielle en ces temps d’épreuves ! Face au déluge actuel de peurs, notre cœur a tant besoin d'un espace protégé pour tenir... Le Cœur Immaculé de Marie est l'espace béni et immense où la beauté fulgurante de Dieu est comme ajustée à notre fragilité... Écoutons Saint Louis Marie-Grignion de Montfort, prophète de Marie pour les derniers temps : " C'est un chemin aisé... que Jésus-Christ a frayé en venant à nous et où il n'y a aucun obstacle pour arriver à Lui... Par d'autres chemins, plus de croix, des nuits obscures, des déserts affreux... Mais par le chemin de Marie, on passe plus doucement et plus tranquillement... On y trouve de grands combats et de grandes difficultés... mais cette bonne Mère se rend si proche et si présente... qu'en vérité ce chemin virginal pour trouver Jésus-Christ est un chemin de rose et de miel..." (Vraie dévotion à Marie, n°152)

 

Alors, oui, avec Jean, en ce mois de mai qui lui est consacré, prenons la main de Marie et courrons nous réfugier en Elle : « La Femme s’enfuit au désert, où Dieu lui a ménagé un refuge » (Ap 12, 6)… Ce refuge, c’est Elle pour nous aujourd’hui : « Mon Cœur Immaculé sera ton refuge, et le chemin qui te conduira jusqu’à Dieu », dit-elle à la petite Lucie à Fatima…


Marie-Jacinta